peigne

peigne [ pɛɲ ] n. m.
• v. 1175; réfect. d'apr. peigner, de l'a. fr. pigne, lat. pecten, inis
1Instrument à dents fines et serrées qui sert à démêler et à lisser la chevelure. Peigne de corne, d'ébonite, d'écaille, en plastique. Peigne à manche. Peigne fin, gros peigne. démêloir. « elle peignait avec un vieux peigne cassé ses beaux cheveux » (Hugo). Se donner un coup de peigne : remettre rapidement de l'ordre dans sa coiffure.
Loc. fig. Passer au peigne fin : examiner qqch. sans en omettre un détail. Passer un quartier au peigne fin pour retrouver un évadé. Sale comme un peigne : très sale.
2Instrument analogue servant à retenir les cheveux des femmes. Coiffure maintenue par des peignes et des barrettes.
3Techn. Instrument pour peigner les fibres textiles (lin, chanvre, laine) dans le filage à la main.
Râteau horizontal où passent les fils de chaîne d'un métier.
Instrument que le peintre décorateur emploie pour imiter les veines du bois.
Peigne à myrtilles, que l'on passe sur les plantes pour récolter les baies.
4Zool. Rangée de poils sur la face externe des pattes des insectes. Peigne à pollen de l'abeille. Ensemble des appendices abdominaux des scorpions.
Lame pigmentée et plissée du corps vitré de l'œil des oiseaux.
Mollusque. pecten.
5Bot. Peigne de Vénus : plante (ombellifères) au fruit en forme de bec très allongé.

peigne nom masculin (ancien français pigne, du latin pecten, -inis) Instrument muni de dents plus ou moins fines qui sert à démêler les cheveux. Instrument analogue, incurvé, qui maintient les cheveux en place. Métallurgie Partie métallique externe d'une plaque-modèle de fonderie, permettant, au démoulage, de soulever le châssis du moule sans arracher le sable. Peintures et vernis Outil des peintres décorateurs pour imiter les veines du bois ou du marbre. Reliure Genre de marbrure sur les papiers de garde et les tranches des livres reliés. Textiles Synonyme de ros. Tonnellerie Extrémité du tonneau, du chanfrein jusqu'au jable. Usinage Outil coupant en acier trempé, utilisé au tour pour fileter une vis, et dont l'arête a la forme de la génératrice du filet à obtenir. Chacune des pièces coupantes d'une filière à fileter. Zoologie Organe tactile pair situé à la base de la dernière paire de pattes chez les scorpions. Organe vascularisé et pigmenté de l'œil des oiseaux, situé dans le vitré. Grand bivalve à large coquille en éventail et dont la valve droite est très bombée, la gauche aplatie. (Certaines espèces, comme la coquille Saint-Jacques et le pétoncle, sont comestibles.) ● peigne (expressions) nom masculin (ancien français pigne, du latin pecten, -inis) Coup de peigne, action de remettre rapidement les cheveux en forme avec un peigne. Passer quelque chose au peigne fin, inspecter soigneusement afin de ne rien laisser échapper. Familier. Sale comme un peigne, très sale. Filtre en peigne, filtre qui possède plusieurs bandes passantes régulièrement espacées. Tenon à peigne, assemblage par tourillons multiples, utilisé pour réunir des pièces courbes (exemple : ceinture de table ronde). ● peigne (synonymes) nom masculin (ancien français pigne, du latin pecten, -inis)
Synonymes :
- Textiles. ros

peigne
n. m.
rI./r
d1./d Instrument de corne, d'écaille, de matière plastique, etc., à dents fines, longues et serrées, qui sert à démêler et à lisser les cheveux.
(Afr. subsah.) Instrument, souvent en bois, à dents longues et espacées, servant à démêler les cheveux.
d2./d Loc. Sale comme un peigne: très sale.
|| Loc. fig. Passer au peigne fin: soumettre à un contrôle minutieux.
d3./d Accessoire de toilette à dents fines et serrées servant à maintenir ou à orner les cheveux des femmes.
rII./r
d1./d TECH Appareil, outil muni de dents, servant à démêler des fibres textiles ou à maintenir un écartement régulier entre les fils de chaîne d'un métier à tisser.
d2./d ZOOL Organe sensoriel en forme de peigne situé sous l'abdomen des scorpions.

⇒PEIGNE, subst. masc.
A. —Objet de toilette ou de parure.
1. Instrument à dents plus ou moins fines et serrées, utilisé pour démêler, arranger les cheveux, la barbe d'une personne, les poils d'un animal. Jouant les chansons à la mode sur un peigne entouré de papier de soie (GIRAUDOUX, Simon, 1926, p.76). Sans pitié, elle ratisse avec son peigne les cheveux emmêlés (MARTIN DU G., Vieille Fr., 1933, p.1101):
1. Un large peigne en main, Justin Weill s'efforçait de rejeter en arrière et de lisser en la mouillant un peu sa chevelure couleur de flamme.
DUHAMEL, Cécile, 1938, p.36.
SYNT. Peigne fin; peigne à démêler (v. démêloir); peigne à queue, à double rangée de dents; peigne de poche; dents, dos d'un peigne; peigne de/en buis, écaille, corne, ivoire, métal, matière plastique; passer un peigne dans ses cheveux, sa barbe.
P. métaph. Le vent (...) chante, en mille ruisseaux d'air divisés par les peignes de l'if (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p.88). Les persiennes de la salle à manger dressaient deux peignes de lumière (H. BAZIN, Mort pt cheval, 1949, p.57).
En partic. Peigne liturgique. Au Moyen Âge et actuellement dans l'Église orientale, peigne utilisé par le prêtre avant de célébrer la messe. Les peignes liturgiques ornés de festons de pampres (A. FRANCE, Mir. Gd St Nic., 1909, p.105). Le pontifical romain prescrit l'usage d'un peigne d'ivoire dans la cérémonie du sacre des évêques, et le symbolisme de cette cérémonie était analogue à celui du lavement des mains (GAY t.2 1928).
Loc. et expr.
Coup de peigne
(Se) donner un coup de peigne. (Se) peigner rapidement pour remettre les cheveux en place. Il se jeta de l'eau à la face, puis se donna un coup de peigne. Ce bout de toilette rafraîchit sa tête (ZOLA, Th. Raquin, 1867, p.109).
[Chez le coiffeur] Remise en forme de la coiffure; p.méton., technique du coiffeur. Une femme ne pouvait être présentée sans avoir été coiffée par lui, et sans lui faire passer mystérieusement les dix louis dont il faisait payer la faveur de son coup de peigne (JOUY, Hermite, t.4, 1813, p.278). Donnez-moi un coup de peigne. Juste un coup de peigne. Et mouillez-moi les cheveux à l'eau de Cologne (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p.294).
P. anal. Mise en ordre. À présent (aux frais du propriétaire), le jardin est peigné (la qualité d'abandon du jardin ne méritait que ce coup de peigne, sans cela je l'eusse gardé tel quel...) (VILLIERS DE L'I.-A., Corresp., 1889, p.278).
Au fig. Dernière façon (que l'on donne à un ouvrage). Lambert est une bien belle chose et qui fera sensation. J'attends Lyon pour donner le dernier coup de peigne, avec impatience, à cette grande oeuvre qui a failli me tuer (BALZAC, Corresp., 1832, p.96). La Beaumelle (...) ne corrige pas seulement les phrases de Frédéric [Le Grand], il ne leur donne pas seulement (...) un tour plus vif, une frisure, un coup de peigne; il y intercale du sien (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t.14, 1857, p.95).
Pop., vx. Se donner, se foutre un coup de peigne. Synon. se peigner (pop.), se battre. Les enfants des sans-culottes qui vont se f... un coup de peigne avec les brigands de la Vendée (LARCHEY, Excentr. lang., 1862, p.239).
Passer, ratisser au peigne fin. Arranger, ordonner. Nous débouchons bientôt dans un jardin, ratissé au peigne fin, planté de tilleuls aux branches régulières comme des candélabres (H. BAZIN, op.cit., p.47).
Au fig. Examiner minutieusement, sans oublier une seule partie. Ces fameuses patrouilles ne devaient pas ratisser la plaine au peigne fin. Il devait y avoir moyen de passer entre les dents (GIONO, Hussard, 1951, p.194). [L'inspecteur de la Mondaine] va demander un mandat de perquisition, demain. (...) Ta belle maison va être passée au peigne fin (J.-P. MELVILLE, Dialogue du film Le Doulos, 1962, p.24 ds REY-CHANTR. Expr. 1979).
D'une saleté de peigne; sale comme un peigne. D'une saleté repoussante. Elle devenait avec cela d'une saleté de peigne, étant comme beaucoup de filles du peuple qui ne se livrent à de discrètes propretés que lorsqu'elles ont un homme (HUYSMANS, Soeurs Vatard, 1879, p.53). —Je t'ai dit que je voulais prendre la moto, dit Nadine, c'est bien plus amusant. —Mais nous arriverions sales comme des peignes (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p.348).
2. Instrument analogue, plus court, droit ou légèrement cintré, à dents plus longues, parfois ouvragé, qui est utilisé pour maintenir, orner la chevelure. Peigne orné, garni de diamants, de camées, de perles; relever ses cheveux, retenir son chignon avec un peigne; peigne espagnol. Ces petits peignes que l'on place maintenant sous la frisure pour soutenir les boucles (HUGO, Han d'Isl., 1823, p.120). Cette coiffure à la romaine, la toison fauve mangeant presque le front et mordue à la nuque par un grand peigne d'écaille blonde (LORRAIN, Sens. et souv., 1895, p.190):
2. Les femmes ont des châles de Manille blancs ou roses (...), et la mantille noire posée sur un peigne à étage dont la concavité, au-dessus de la tête, est remplie de dahlias en boule, rouges et blancs.
T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1933, p.255.
B.P. anal.
1. Instrument de torture. On lui déchire les côtes avec des peignes de fer jusqu'à ce que les entrailles sortent (ZOLA, Rêve, 1888, p.28).
2. TECHNOLOGIE
a) AGRICULTURE
Pièce d'une machine agricole munie de fortes pointes, herse. Arracheur de lin à peigne (PASSELÈGUE, Mach. agric., 1930, p.241). Le batteur à peignes, est constitué par un cylindre plein ou à claire-voie sur lequel sont implantées des broches métalliques (PASSELÈGUE, Mach. agric., 1930, p.269). Les pièces travaillantes [des faneuses] sont composées de peignes à dents en acier pointues (BALLU, Mach. agric., 1933, p.335).
,,Pointes des échalas qui dans un treillage dépassent les lattes horizontales`` (FÉN. 1970).
b) MÉCANIQUE
Mécanisme formé d'un ensemble de lames dont chacune donne une note. Des réveille-matin à peigne à musique ou à sonnerie (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p.381). Au XIXe siècle on s'intéressa surtout aux boîtes à musique à «peigne» (assemblage de lames vibrantes) (BASSERMANN-JORDAN, Montres, horl. et pend., 1964, p.215).
Outil à fileter. Pour fileter une barre, on fixe dans le nez de la machine [à tarauder] quatre peignes, outils pourvus de dents (GORGEU, Machines-outils, 1928, p.202). Filière à peignes radiaux, tangentiels (BOISSIER 1975).
c) PEINT., DÉCOR.
,,Tringle en corne, en cuir, ou en acier qui est garnie de dents et que le peintre décorateur emploie pour faire le faux-bois en figurant les veines`` (CHABAT t.2 1876).
Papier (au) peigne. Papier marbré. Synon. papier peigné. Ces porcelaines ou (...) ces faïences qui semblent enfermer le marbré d'un papier peigne dans une gemme (E. DE GONCOURT, Mais. artiste, t.2, 1881, p.290). La couvrure terminée, on colle les gardes de couleur, pour lesquelles, aux papiers imprimés, on doit préférer les papiers ombrés, peigne ou tourniquet (Civilis. écr., 1939, p.12-2).
d) TEXTILE
FILAT., CORD. Barre, cylindre, planche garni(e) de pointes. Peigne à carder; peignes d'une peigneuse; peigne battant, peigne détacheur (infra rem.). Puis vient le peignage [du chanvre]. Le peigne est constitué par des aiguilles d'acier coniques, plantées en quinconces (pointes en l'air) sur un morceau de bois rectangulaire qu'on fixe sur une table (BOUASSE, Cordes et membranes, 1926, p.15). L'extrémité de cette nappe [de fibres] forme une frange tenue par une pince, qui est peignée par un peigne circulaire, garni sur une partie de sa surface de rangées d'aiguilles de plus en plus fines et serrées. On enlève ainsi les fibres courtes et les impuretés de la frange. Puis la pince s'ouvre, un peigne rectiligne est placé dans la frange et on tire l'extrémité des fibres à travers ce peigne (Encyclop. univ. t.15 1973, p.1021).
TISS. Synon. de ros. Tasser les duites avec le peigne. À la suite des lisses, les fils de chaîne traversent un peigne comprenant autant de dents, qu'il y a de fils (...). Chaque fil passe entre les dents du peigne dont le rôle est de serrer les fils de trame les uns contre les autres (BLANQUET, Technol. mét. habill., 1948, p.98).
3. ZOOLOGIE
a) Organe qui rappelle un peigne.
[Chez les scorpions, les araignées, les insectes] Appendice en forme de peigne; groupe ou rangée de soies raides, de sortes d'épines situées sur certains segments de pattes, sur les ailes, sur le thorax, etc., d'usage varié. Peigne à pollen (chez les abeilles). Dans la patte d'araignée (...) [le microscope] montrait un peigne magnifique de la plus belle écaille (...). Cet objet paraissait être à deux fins: une très-fine main avec laquelle la fileuse se fait glisser à son fil pour monter, descendre; d'autre part, un peigne qui sert à l'attentive ouvrière pour tenir sa toile, pendant le travail (MICHELET, Insecte, 1857, p.113). [L'abdomen des Scorpions] a sept segments et porte ventralement des appendices curieux, uniques dans tout l'embranchement: les peignes (Zool., t.2, 1963, p.119 [Encyclop. de la Pléiade]). Le premier article du tarse de la première paire de pattes [des Drosophiles] porte une rangée de soies noires et dures (le peigne sexuel) inexistant chez les femelles (Encyclop.Sc. Techn. t.4 1970, p.569). V. aussi SÉGUY 1967.
[Chez les oiseaux] Organe de l'oeil. [L'oeil] pour un fonctionnement optimal exige une forte vascularisation (métabolisme élevé). Le peigne, organe typique des Oiseaux, répond à cette nécessité. Il est constitué d'un grand nombre de petits vaisseaux sanguins disposés en soufflets dont la base repose sur le nerf optique (Encyclop.Sc. Techn. t.8 1972, p.492).
b) Synon. usuel de pecten. C'était un véritable chagrin pour moi d'écraser sous mes pas les brillants spécimens de mollusques qui jonchaient le sable par milliers, les peignes concentriques, les marteaux (VERNE, Vingt mille lieues, t.1, 1870, p.160). Les mollusques lamellibranches, comme les huîtres, les peignes, ont aussi deux valves, mais celles-ci sont disposées à droite et à gauche de l'animal (BOULE, Conf. géol., 1907, p.75).
4. BOT. Peigne(-)de(-)Vénus.Plante adventice annuelle, de la famille des Ombellifères, à feuilles alternes dont le limbe est finement découpé, à tige raide, striée, hérissée de poils, donnant des fleurs blanches réunies en ombellules (d'apr. Lar. agric. 1981). Synon. scandix. Il est aux bois des fleurs sauvages (...). Elles se nomment: (...) peigne-de-Vénus, oreille-d'ours, pied-d'alouette (A. FRANCE, P. Nozière, 1899, p.172).
REM. 1. -peigne, élém. de compos. V. cache-peigne. 2. Peigne-, élém. de compos. Peigne(-)battant, peigne(-) détacheur,(Peigne battant, Peigne-battant, peigne détacheur, peigne- détacheur) subst. masc., filat., cord. ,,Batte d'acier dentée, animée d'un mouvement de va-et-vient et dont la fonction est de détacher la fibre du peigneur`` (Banque Mots 1973 n° 6, p.188). Le peigneur (...) prend une partie des fibres que des cylindres ou un peigne battant détachent en voile (Encyclop. univ. t.15 1973, p.1020). 3. Peignier, subst. masc. Artisan qui fabrique des peignes. (Dict.XIXe et XXes.).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.A. 1. Instrument servant à coiffer les cheveux a) [1176-81] déb. XIIIes. piegne (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier à la charrette, éd. W. Foerster, 1363, var. ms. E); fin XIIIes. pigne (ID., ibid., var. ms. A); [ca 1179] fin XIIIes. pingne (Renart, éd. M. Roques, 693, ms. de base B Cangé); XIIIes. pinne (ibid., éd. E. Martin, I, 277, ms. de base A); fin XIIIes. pigne (Gloss. Douai 62, 1893 ds ROQUES t.1, p.49); 1580 donner quelque tour de pigne fig. «fignoler» (une oeuvre littéraire)» (MONTAIGNE, Essais, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, II, X, p.410); b) 2e quart XIIIes. peigne (CHRÉTIEN DE TROYES, op.cit., éd. M. Roques, 1354, ms. de base, copie Guiot: Es danz del peigne ot des chevos); XIIIes. peyne (Gloss. agn., éd. J. Priesbsch ds Mél. Mussafia (A.), 1905, p.538, 99); 1713 se donner un coup de peigne (HAMILTON, Gramm., 10 ds LITTRÉ); 2. 1402-07 paigne... et estrille a chevaux (doc. ds GDF. Compl.); 3. industr. text. 1282-84 pine St-Omer «pièce du métier à tisser servant à peigner la laine» (doc. ds G. ESPINAS et H. PIRENNE, Doc. relatifs à industr. du drap en Flandre, III, 2614 d'apr. DE POERCK t.2, p.152); 2e moitié XIIIes. pingne (Dit des Fevres ds A. JUBINAL, Jongleurs et trouvères, 1835, p.135); 1322-33 pine Lille (doc. ds G. ESPINAS et H. PIRENNE, op.cit., III, 2913, ibid.); 4. 1765 «instrument servant à marbrer le papier» (Encyclop. t.12, p.242a). B. 1. 1314 anat. piegne de la main «métacarpe»; piegne «métatarse» (Chirurgie de H. de Mondeville, 273; 519 ds T.-L.), v. aussi empeigne; 2. 1507 conchyliol. pignes de mer (Nef de santé, fol. 37 r° ds GDF. Compl.); 3. 1544 bot. peigne de Venus (DUCHESNE, In Ruellium de stirpibus epitome ds ROLL. Flore t.6, p.211); 1660 pigne de Venus (DU PINET, Comment. de P. Mathiolle sur Dioscoride, ibid.). Du lat. pecten -inis «peigne à coiffer; carde; râteau; peigne de mer; veines du bois; peigne de Vénus [pecten Veneris (Pline) désignant une plante non identifiée, d'apr. ANDRÉ Bot., p.326]». La forme phonét. de l'a. fr. pigne, devenue région., a peu à peu été évincée par le type peigne sous l'infl. de peigner. Fréq. abs. littér.:465. Fréq. rel. littér.: XIXes.: a) 368, b) 952; XXes.: a) 897, b) 608. Bbg. BIERBACH 1982, p.298. —SAIN. Arg. 1972 [1907] p.96.

peigne [pɛɲ] n. m.
ÉTYM. V. 1175; réfection, d'après peigner, de l'anc. franç. pigne « peigne »; du lat. pecten, -tinis (accusatif pectinem), même sens.
1 Instrument présentant des dents fines et profondes, qui sert à démêler et à lisser la chevelure, la barbe (→ Chevelure, cit. 7). || Peigne de buis, de corne, de celluloïd, d'ébonite, d'écaille, d'ivoire, de métal… || Peigne à une, à deux rangées de dents, à manche. || Peigne fin (→ Cold-cream, cit.). || Gros peigne. Démêloir. || Peigne de coiffeur (→ Onde, cit. 8). || Peigne à manche. || Peigne de poche dans son étui. || Peigne édenté, sale… || Passer le peigne dans ses cheveux (→ Follet, cit. 5).Le peigne, article de tabletterie. || Peigne fait à la main ( Planeter), à la machine.
1 Cette toilette était une caresse continuelle; elle donnait à cette tête chérie autant de baisers qu'elle y passait de fois le peigne d'une main légère.
Balzac, l'Enfant maudit, Pl., t. IX, p. 692.
2 (…) elle peignait avec un vieux peigne cassé ses beaux cheveux (…)
Hugo, les Misérables, I, IV, IX.
Spécialt. || Peigne liturgique, utilisé dans l'Église primitive et encore chez les orthodoxes pour se peigner les cheveux et la barbe avant de dire la messe.
Fig., fam. Le peigne du père Adam : les doigts, quand on les utilise pour se démêler les cheveux.
(1713). || Coup de peigne. || Se donner un coup de peigne : se coiffer rapidement.Coiffure. || Coup de peigne : dernière opération de coiffure, faisant suite à la mise en plis. || Pouvez-vous me prendre pour un coup de peigne ?
(1580). Loc. fig. (Vx). Donner un coup de peigne à (un ouvrage), lui donner la dernière finition.
Loc. (1808). Être sale comme un peigne : être très sale sur soi. — ☑ Loc. fig. Passer qqch. au peigne fin, l'examiner minutieusement, sans en omettre une partie, un détail.
Instrument analogue utilisé pour démêler le poil des chiens, le crin des chevaux, etc.
2 Instrument analogue, de forme généralement incurvée, à dents plus ou moins nombreuses, que les femmes enfoncent dans leurs cheveux pour les retenir (on dit aussi dans ce sens peigne de coiffure, peigne à cheveux, pour distinguer de peigne, 1.). || Peigne en écaille (cit. 13). || Peigne travaillé, orné (cit. 16) de boules d'or. || Grand peigne des Espagnoles (→ Mantille, cit. 2). || Coiffure maintenue par des peignes et des barrettes. || Elle défit son peigne et ses cheveux tombèrent (→ 1. Mèche, cit. 8).
3 Techn. Instrument à dents pour nettoyer, peigner les fibres textiles (lin, chanvre, laine) dans le filage à la main. Regayoir, séran; peignage. || Peigne battant, peigne circulaire : instrument à dents qui attrape les fibres courtes d'un textile pendant le peignage. || Peigne d'ourdissoir. || Peigne-hérisson.
(Tissage). Sorte de rateau horizontal où passent les fils de chaîne d'un métier. Ros. Outil de tapissier, à dents, que l'on fait glisser entre les fils de chaîne pour serrer les fils de trame.
tableau Noms d'instruments.
tableau Noms d'outils.
4 (Par anal. de forme). Extrémité libre des échalas (d'une clôture, d'un treillage). Herse.
Zool. Poils à l'extrémité des pattes de certains arthropodes.
5 (1507). Zool. Mollusque lamellibranche (Anisomyaires) marin, scientifiquement nommé Pecten, à deux valves inégalement bombées couvertes de grosses côtes rayonnantes, fixé par un byssus dans son jeune âge et libre à l'âge adulte. || Le peigne est un coquillage comestible très apprécié. Coquille (Saint-Jacques). || Variété de peigne. Amande (de mer).
6 Bot. || Peigne de Vénus : ombellifère du genre scandix.
7 Techn. Marbrure utilisée en reliure, obtenue au moyen d'une règle à pointes. || Gros peigne, petit peigne (selon l'écartement des raies).
DÉR. Peignier. — (Cf. Pectiné).
COMP. Cache-peigne, peigne-hérisson.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • peigné — peigne [ pɛɲ ] n. m. • v. 1175; réfect. d apr. peigner, de l a. fr. pigne, lat. pecten, inis 1 ♦ Instrument à dents fines et serrées qui sert à démêler et à lisser la chevelure. Peigne de corne, d ébonite, d écaille, en plastique. Peigne à manche …   Encyclopédie Universelle

  • peigne — PEIGNE. s. m. Instrument de boüis, de corne, d yvoire, &c. qui est taillé en forme de dents, & qui sert à démesler les cheveux, & décrasser la teste. Peigne de boüis. peigne de corne. peigne d ivoire. peigne d escaille de tortuë. le dos d un… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • peigné — peigné, ée (pè gné, gnée) part. passé de peigner. 1°   Où le peigne a passé. •   J étais ce jour là dans le même équipage négligé qui m était ordinaire ; grande barbe et perruque assez mal peignée, J. J. ROUSS. Confess. VIII.    Familièrement.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Peigne — de coiffure « Peigne » redirige ici. Pour les autres significations, voir Peigne (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Peigné — Nom assez répandu dans l Ouest (28, 35, 44). Certainement un nom de métier, celui qui peigne la laine, ou plus généralement un cardeur. Formes voisines : Peignard, Peignart, Peignaud, Peignault, Peignaux, Peigneau, Peigneaux, Peigner, Peignié,… …   Noms de famille

  • peigné — Peigné, [peign]ée. part. On dit, d Un jardin bien tenu, bien soigné, qu Il est bien peigné …   Dictionnaire de l'Académie française

  • peigne — (pè gn ) s. m. 1°   Instrument de corne, de buis, d ivoire, etc. taillé en forme de dents, qui sert à démêler les cheveux et à nettoyer la tête.    Être sale comme un peigne, se dit d une personne très sale.    Se donner un coup de peigne, se… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PEIGNE — s. m. Instrument de buis, de corne, d ivoire, etc., qui est taillé en forme de dents, et qui sert à démêler les cheveux et à nettoyer la tête. Peigne de buis, de corne, d ivoire, d écaille. Le dos d un peigne. Peigne à deux côtés. Les petites… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PEIGNE — n. m. Instrument de buis, de corne, d’ivoire, etc., qui est taillé en forme de dents et qui sert à démêler et à arranger les cheveux et la barbe. Peigne d’écaille. Le dos d’un peigne. Peigne à deux côtés. Les petites dents, les grosses dents d’un …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • peigné — adj. => pp. Peigner. A1) mal peigné peigné // coiffé, pas peigné du tout : pnâ peigné man on bouzà <peigné comme peigné un bouza / une buse> (Saxel.002) ; pnâ awé on râté <peigné avec un râteau> (001) ; pnâ awé l manzho du râté… …   Dictionnaire Français-Savoyard

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.